DÉCLARATION JANVIER 2021

VIVAT International, un réseau de douze organisations confessionnelles, dénonce avec force la distribution inégale et injuste des vaccins contre les coronavirus qui pénalise les pays pauvres. Le neuf décembre 2020, dans un communiqué de presse, OXFAM International a déclaré que neuf personnes sur dix dans les pays pauvres ne recevront pas le vaccin contre le COVID 19 en 2021 parce que les pays riches achètent trois fois plus de doses que ce dont ils auraient besoin pour vacciner toute leur population.

De même, le 18 janvier 2021, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré que la répartition inéquitable des vaccins COVID-19 entre les pays riches et les pays pauvres était un problème. Les pays pauvres ne feront que prolonger la pandémie.

Un autre problème qui complique la situation de l’accès de tous aux vaccins est dû aux Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) ; en vertu de ce système de brevets, les sociétés pharmaceutiques qui ont développé des vaccins ont des droits de propriété intellectuelle exclusifs pendant vingt ans. Si ce système reste en place pour la vaccination contre les coronavirus, il empêchera la production de quantités suffisantes de vaccins à bon prix pour les pays pauvres.

Nous, les vingt-huit participants à la réunion annuelle de VIVAT International qui a eu lieu virtuellement le 20 janvier 2021, exhortons tous les gouvernements et les décideurs politiques :
– à soutenir l’initiative Covax, par le biais de négociations multilatérales, pour une distribution égale et équitable des vaccins contre les coronavirus.
– à imposer une dérogation aux ADPIC afin que les vaccins soient considérés comme un bien public, que le système des brevets ne soit pas appliqué et que les vaccins puissent être produits librement, ce qui permettrait à la concurrence de faire baisser considérablement le prix des vaccins.
– à exhorter toutes les entreprises pharmaceutiques qui produisent des vaccins contre les coronavirus à mettre des doses suffisantes de vaccins à la disposition de tous les pays pauvres.

Et enfin, nous demandons à tous les gouvernements des pays développés et en développement de veiller à ce que les vaccins COVID-19 deviennent un bien public mondial.

Confiants dans toutes les parties prenantes de la production, de la distribution et de l’administration des vaccins, les membres de VIVAT International continuent de s’efforcer de construire un monde où la vie, la dignité et les droits de l’homme de tous sont respectés.